Les études

30 mars 2022

#39 L’annonce de choses nouvelles (Esaïe 48.12-49.6)

L’Éternel réprimande sévèrement Israël et le somme de reconnaître que les prophéties anciennes se sont accomplies. Il en annonce de nouvelles. Il s’agit de l’exil, du retour de l’exil et de la venue du Messie. Israël a une conduite exécrable, mais par égard pour lui-même, l’Éternel va seulement le punir par un exil limité dans le temps, bien qu’il sache d’avance que ça ne changera pas l’esprit foncièrement rebelle de son peuple.

Écoute-moi, Jacob-Israël : je suis le premier et je suis aussi le dernier. C’est moi qui ai fondé la terre et déployé les cieux. Dès que j’appelle les étoiles, elles se présentent. Qui d’autre que moi a annoncé les événements qui vont arriver ? L’homme que l’Éternel aime accomplira sa volonté contre Babylone et les Chaldéens. C’est moi qui l’ai appelé et je ferai en sorte qu’il réussisse (Ésaïe 48.12-15 cp Psaume 33.9).

Dieu est le Tout-puissant (Esaïe 40.21-22 ; 43.10 ; 44.6 ; Psaume 33.9). Après avoir prophétisé l’exil, il en annonce déjà la fin par la victoire de Cyrus sur les Chaldéens (Esaïe 41.2, 25 ; 43.14 ; 44.24-28 ; 45.1-5 ; 46.1).

Écoutez bien : Je n’ai jamais parlé en secret, et quand les événements annoncés se sont réalisés, j’étais avec vous. Maintenant le Seigneur, l’Éternel, m’envoie et son Esprit est avec moi (Ésaïe 48.16).

Ésaïe rappelle que ses prophéties et leur accomplissement sont connus de tous, et maintenant, Dieu veut que quand la chute de Babylone aura lieu, ce soit pour son peuple l’occasion d’une repentance nationale.

Ainsi parle l’Éternel, ton Sauveur, le Saint d’Israël : “ Je suis ton Dieu, je t’instruis pour ton bien et je te fais marcher dans la voie droite. Oh ! si tu étais attentif à mes commandements ! Ta paix serait profonde comme un fleuve, et ta justice aussi étendue que les flots de la mer ; ta descendance aussi nombreuse que les grains de sable, et ton nom serait toujours devant moi” (Ésaïe 48.17-19 ; cp Esaïe 30.21 ; Genèse 12.2 ; 13.16 ; 22.17).

L’Éternel pousse un soupir de tendresse à l’égard de son peuple. S’il lui était fidèle, il connaîtrait la paix et la prospérité promises à Abraham au lieu de l’exil à Babylone.

Sortez de Babylone ! Quittez les Chaldéens ! Avec des cris de joie, publiez la nouvelle jusqu’au bout de la terre ! Dites que l’Éternel a délivré son serviteur Israël. Quand il les a conduits à travers le désert, ils n’ont pas souffert de la soif car il a fait couler l’eau du rocher (Ésaïe 48.20-21).

Le retour d’exil est comparé à la sortie d’Égypte et à un nouvel exode accompagné des bons soins de Dieu.

Mais, a dit l’Éternel, il n’y a pas de paix pour les méchants ! (Ésaïe 48.22; Cp Esaïe 57.21 ; 66.24).

Cet avertissement solennel, répété plus loin, est destiné à ceux qui persistent dans leur rébellion contre Dieu.

Vous qui habitez les régions côtières et les pays lointains, écoutez-moi ! Et vous peuples lointains, prêtez-moi attention ! L’Éternel m’a appelé dès le sein maternel (Ésaïe 49.1).

C’est le Messie qui parle. Avant sa naissance, il avait été choisi pour un ministère auprès du monde entier.

L’Éternel a fait de ma bouche une épée tranchante. L’ombre de sa main était mon abri, et il a fait de moi une flèche coupante et m’a caché, dans son carquois (Ésaïe 49.2 ; cp Jean 7.46 ; Hébreux 4.12 ; Apocalypse 1.16).

L’épée et la flèche représentent la parole efficace et incisive de Jésus, parole de jugement ou de consolation.

Il m’a dit : “ tu es Israël mon serviteur, je manifesterai ma gloire au travers de toi. ” Oui, mais je me suis fatigué en vain et c’est pour rien que j’ai usé mes forces. Mais l’Éternel me fera droit et me récompensera ” (Ésaïe 49.3-4).

Jésus, serviteur de l’Éternel, est appelé « Israël » parce qu’il est à la tête du nouvel Israël qui a foi en lui. L’apôtre Paul appelle Jésus « le second Adam » (1Co 15.45) parce qu’il est la tête d’une humanité nouvelle, le peuple de Dieu, constitué de Juifs et païens, et qui est sa récompense pour son sacrifice. Cependant, Jésus exprime aussi sa déception face aux religieux juifs qui l’ont rejeté.

Voici ce que dit l’Éternel, qui a fait de moi son serviteur dès le sein de ma mère, pour ramener Israël à lui. L’Éternel m’a fait cet honneur et il est ma force. Il dit aussi : “ Tu feras plus que ramener les tribus d’Israël auprès de moi, car je ferai de toi la lumière des nations afin que mon salut parvienne aux bouts de la terre ” (Ésaïe 49.5-6 ; cp Actes 13.46-47).

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires