Les études

30 mars 2022

#04 Faites le bien, ne soyez pas oisifs (2 Thessaloniciens 3.7-18)

L’autorité de Paul est celle du Christ et il ordonne de ne pas fréquenter ceux qui se disent frères, et qui, au lieu de travailler, vivent aux crochets des autres (1Thessaloniciens 4.11-12 ; 5.14 ; 2Thessaloniciens 3.10-11). Ces personnes doivent être disciplinées parce qu’elles refusent de se soumettre (Matthieu 18.15-17).

Vous savez comment agir pour nous imiter car nous n’étions pas oisifs parmi vous. Nous ne nous sommes pas conduits en pique-assiettes, mais nuit et jour, nous avons travaillé pour ne pas vous être à charge alors que nous en avions le droit, car nous voulions vous donner un exemple à imiter (2 Thessaloniciens 3.7-9 ; cp 1Thessaloniciens 2.9-10 ; Actes 20.19, 33-35 ; 1Corinthiens 4.12 ; 11.1 ; 1Timothée 5.8).

Par sa vie, l’apôtre donne un exemple qui est bien plus parlant qu’une multitude de paroles. Il consacrait ses journées à l’œuvre de son Maître, et une partie de ses nuits à travailler pour ne pas être une charge. Paul est le type du croyant modèle, l’étalon mesure de la vie chrétienne, la référence de l’intégrité, de la douceur, de l’humilité, de la consécration, de la sainteté, et de la conduite à tenir face aux privations et aux persécutions.

Lorsque nous étions chez vous, nous vous avons dit que si quelqu’un refuse de travailler, qu’il ne mange pas non plus. Or, nous apprenons que certains d’entre vous mènent une vie oisive et s’occupent de futilités au lieu de travailler (2 Thessaloniciens 3.10-11).

Malgré les exhortations répétées de l’apôtre, certains Thessaloniciens, surexcités par l’attente du retour du Seigneur, continuent à profiter des autres, sous prétexte peut-être qu’ils s’occupent du règne de Dieu.

Nous invitons et exhortons ces personnes-là : au nom du Seigneur Jésus-Christ, travaillez dans la paix et gagnez votre pain. Et vous, frères, ne vous lassez pas de faire ce qui est bien (2 Thessaloniciens 3.12-13 ; cp Proverbes 3.27-28 ; 28.27 ; Psaumes 37.21, 26 ; 112.5, 9 ; Luc 14.12-14).

L’apôtre redouble son exhortation envers les oisifs mais il encourage aussi les fidèles à continuer de venir en aide aux pauvres qui le méritent,

Si quelqu’un n’obéit pas aux instructions de cette lettre, signalez-le à toute l’église et n’ayez plus de relation avec lui, pour qu’il éprouve du remords. Toutefois, ne le traitez pas en ennemi, mais reprenez-le comme un frère (2 Thessaloniciens 3.14-15 ; cp Galates 6.1).

C’est le premier exemple de discipline dans l’Église. Elle était devenue nécessaire parce que c’était déjà la troisième fois que Paul corrigeait la même faute. Mais cet acte sévère doit se faire avec amour car son but est de conduire le coupable à la repentance, puis de le réintégrer dans la communauté chrétienne.

Que le Seigneur de la paix vous accorde toujours la paix en toutes circonstances. Que le Seigneur soit avec vous tous (2 Thessaloniciens 3.16).

La paix qui vient de Dieu est l’assurance que ma relation avec mon Créateur est sans nuage, parce qu’il a pardonné mes péchés et qu’il est souverain sur toutes les circonstances, même fâcheuses, de ma vie.

Cette salutation est de ma propre main, à moi, Paul. C’est par cette écriture que je signe toutes mes lettres (2 Thessaloniciens 3.17 ; cp 1Corinthiens 16.21 ; Galates 6.11 ; Colossiens 4.18 ; Philémon 19).

Paul a dicté la lettre, mais pour qu’on reconnaisse son authenticité à son écriture, c’est lui qui la termine.

Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous (2 Thessaloniciens 3.18).

Toutes les civilités du grand apôtre se résument à ce souhait. Tous les bienfaits que le Créateur nous accorde proviennent de sa grâce et rien que de sa grâce.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires