Les études

05 avril 2022

#04 Que ton nom est magnifique !

Poursuivi par le roi Saül, David rédige le Psaume 7, dans lequel il manifeste des violentes émotions.

Ô Éternel, mon Dieu, en toi j’ai un refuge. Viens, sauve-moi de ceux qui me persécutent et délivre moi afin qu’ils ne me déchirent pas comme un lion qui dévore. Ô Éternel, mon Dieu, si j’ai causé du tort à mon ami et que je l’ai dépouillé, alors qu’un ennemi me poursuive et me piétine. Pause (Psaume 7.1-6).

Les courtisans de Saül et ennemis de David l’accusent de monter un complot pour s’emparer du trône. David les compare à des bêtes sauvages ; une image fréquente dans les Psaumes.

Ô Éternel, dans ta colère, dresse-toi contre la furie de mes adversaires. Réveille-toi pour me secourir. Reprend ta place de juge au-dessus des peuples. Rends-moi justice selon mon innocence ! Mets un terme aux méfaits des méchants, toi, qui sondes les cœurs. Dieu est mon bouclier. Il sauve celui qui a le cœur droit. Dieu est un juste juge. Si le méchant ne se repent pas, il aiguise son glaive et tend son arc. Je louerai l’Éternel pour sa justice. Par des chants, je célébrerai le Dieu très-haut (Psaume 7.7-18).

La hardiesse de David est surprenante car, par sa prière, il essaie de réveiller Dieu comme s’il était endormi et lui demande de reprendre sa place de juge suprême et punir la méchanceté.

Dans le Psaume 8, David considère la dignité de l’homme, créé à l’image de Dieu et gérant de la création. Mais parallèlement, il décrit le Messie. D’ailleurs dans le Nouveau Testament, ce Psaume est cité et appliqué trois fois à Jésus. Dans Matthieu (21.9, 15-16), les méchants sont les religieux juifs. L’apôtre Paul ainsi que l’épître aux Hébreux appliquent à Jésus le verset : « Tu as tout mis sous ses pieds ». (1Corinthiens 15.25-27 ; cp Éphésiens 1.22; Hébreux 2.6-8).

Le Psaume 8 est un poème méditatif et lyrique écrit alors que la paix règne dans le royaume, car le ton est calme et majestueux. Le premier et le dernier verset sont identiques et servent de cadre à une réflexion sur Dieu et à la contemplation de son œuvre.

Éternel, notre Seigneur, que ton nom est magnifique sur toute la terre. Ta majesté s’élève au-dessus des cieux. Les cris d’admiration des enfants célèbrent ta gloire et confondent ceux qui te haïssent. Je contemple le ciel, les étoiles et la lune que tes doigts ont façonnés (Psaume 8.1-4).

Le nom de Dieu est exalté au-dessus de toute la création, même par les enfants qui, sans préjugés s’émerveillent de tout ce qui les entoure. David contemple d’abord la majesté de la voûte céleste qui est l’œuvre créatrice de Dieu.

Je me dis : Qu’est-ce que le fils d’Adam pour que tu en prennes soin et qu’est-ce que le fils de l’homme pour qu’à lui tu t’intéresses ? Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu et tu l’as couronné d’honneur et de gloire. Tu lui donnes de régner sur les œuvres de tes mains. Tu as tout mis sous ses pieds : le bétail, les animaux sauvages, les oiseaux du ciel et tout ce qui parcourt les océans. Éternel, notre Seigneur, que ton nom est magnifique sur toute la terre (Psaume 8.5-10).

L’être humain est fragile mais empreint de dignité car Dieu l’a créé à son image et lui a donné autorité sur la création.

Le Psaume 9 est un hymne de triomphe après une victoire militaire d’Israël.

Cantique de David. Je louerai l’Éternel de tout mon cœur, je raconterai tes merveilles. Je ferai de toi le sujet de ma joie et de mon allégresse. Je chanterai ton nom ô Dieu très-haut. Mes ennemis s’enfuient. Ils chancellent et périssent devant ta face. Tu m’as rendu justice et tu sièges sur ton trône en juste juge. Tu châties les nations, tu détruis le méchant, Plus d’ennemis et les villes que tu as renversées, leur souvenir est anéanti (Psaume 9.1-7).

David attribuait toujours ses exploits guerriers à l’Éternel. Il utilise un vocabulaire violent afin de souligner la défaite cuisante des nations ennemies.

L’Éternel règne pour toujours. Il a dressé son trône. Il gouverne le monde et juge les peuples avec justice. L’Éternel est un refuge pour l’opprimé, une forteresse en temps de détresse. Ceux qui te connaissent te font confiance, car tu n’abandonnes pas celui qui se tourne vers toi. Chantez à l’Éternel et proclamez ses hauts faits parmi les peuples, car il poursuit les meurtriers et n’oublie pas le cri des opprimés (Psaume 9.9-13).

C’est Dieu qui a établi les lois morales et physiques et qui dicte ce qui est vrai et juste. En donnant la victoire à Israël, Dieu déclare que son peuple est dans son droit. Cet incident sert à illustrer le caractère de Dieu et à exhorter les malheureux à lui faire confiance.

Aie pitié de moi, Éternel ! Vois la misère où me réduisent mes ennemis, fais-moi remonter des portes de la mort pour que je publie tes louanges dans les portes de Jérusalem et que je me réjouisse de ton salut. Les nations tombent dans la fosse qu’elles ont creusée. L’Éternel fait justice. Pause. Les méchants descendent dans le séjour des morts, tous ceux qui ne se soucient pas de Dieu. Mais le malheureux n’est pas oublié. Lève-toi, ô Éternel ! Que les nations soient jugées, frappées d’épouvante, ô Éternel ! Pause. (Psaume 9.14-21).

Le Psaume se termine par une prière de David avant et après la bataille.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires