Les études

05 avril 2022

#43 Mon secours vient de l’Éternel

Le Psaume 121 rapporte un dialogue entre ceux qui partent à Jérusalem et ceux qui restent sur les dangers du voyage.

Je lève les yeux vers les monts : d’où le secours me viendra-t-il ? Il me vient de l’Éternel qui a fait le ciel et la terre. Il te gardera de faux pas car jamais il ne dort le gardien d’Israël. L’Éternel est ta protection. Le jour le soleil ne te frappera pas ni la lune pendant la nuit. L’Éternel te gardera de tout mal. Il préservera ta vie. Il gardera ton départ et ton arrivée dès maintenant et à jamais (Psaume 121.1-8).

Le pèlerin regarde en direction de Jérusalem. Il devra traverser une contrée accidentée et infestée de pillards, marcher sous un soleil de plomb et dormir à la belle étoile. Alors, lui et sa famille comptent sur la protection de Dieu.

Le Psaume 122 était chanté alors que les pèlerins voyaient déjà les collines de la Judée.

Je suis dans la joie quand on me dit : “ allons à la maison de l’Éternel. ” Voici que nos pas s’arrêtent devant tes portes, ô Jérusalem ! Ô Jérusalem, cité bâtie, où tout est bien joint ! (Psaume 122.1-3).

Après un long périple, le pèlerin est transporté de joie car il est presque au bout du voyage. La vue des murailles lui rappelle que la ville rebâtie par Néhémie est en parfait état.

C’est là qu’affluent les tribus de l’Éternel selon la loi d’Israël, pour y louer l’Éternel. C’est là que sont établis les trônes des magistrats et de la maison de David (Psaume 122.4-5).

Selon la Loi, tous les hommes israélites devaient assister à l’une des trois fêtes annuelles à Jérusalem qui était la capitale religieuse, mais aussi politique et judiciaire d’Israël.

Priez pour la paix de Jérusalem. Que ceux qui t’aiment vivent en sécurité ! Que la paix soit dans tes murs et dans tes palais ! Pour mes frères et mes amis, je désire la paix chez toi. Pour l’amour de la maison de l’Éternel, je souhaite ton bonheur (Psaume 122.6-9).

Les pèlerins demandent la bénédiction de Dieu sur la ville sainte et expriment leur amour pour leurs frères et le temple ainsi que leur attachement à l’Éternel leur Dieu.

Dans le Psaume 123, les pèlerins arrivés à Jérusalem implorent l’Éternel car ils sont confrontés à la dure réalité qu’ils sont toujours entourés d’ennemis.

Je lève les yeux vers toi qui règnes dans les cieux. Comme les serviteurs regardent leur maître, ainsi nos regards se tournent vers l’Éternel notre Dieu en attendant qu’il ait pitié de nous (Psaume 123.2).

À cette époque, par un simple geste le maître donnait un ordre à son serviteur. Les Juifs pieux sont dans cette même attitude envers l’Éternel mais c’est son intervention qu’ils demandent.

Aie pitié de nous, ô Éternel ! Car les orgueilleux nous méprisent et se moquent de nous (Psaume 123.3-4).

Les pèlerins sont venus à Jérusalem pour célébrer l’Éternel mais aussi pour l’implorer à cause des peuples païens qui leur vouent une haine meurtrière.

Dans le Psaume 124, les pèlerins remercient l’Éternel de les avoir délivrés de Babylone.

Israël peut le dire : si l’Éternel ne nous avait pas protégés quand les hommes nous ont attaqués, dans leur rage contre nous, ils nous auraient tous détruits (Psaume 124.1-3).

Les Juifs se rendent bien compte que c’est grâce à Dieu qu’ils ont survécu l’exil babylonien et ont pu retourner dans leur pays et le reconstruire.

Loué soit l’Éternel, lui qui n’a pas permis que les dents de nos ennemis nous déchirent. Quand le filet de l’oiseleur s’est rompu, comme l’oiseau, nous avons pu nous échapper. Notre secours nous vient de l’Éternel qui a fait le ciel et la terre (Psaume 124.6-8).

La survie du peuple juif est un miracle. Ce cantique déclare aussi que l’Éternel est le Créateur et celui qui délivre ceux qui l’invoquent.

Le Psaume 125 a été rédigé alors qu’Israël est sous domination grecque et que certains Juifs veulent collaborer avec l’ennemi et abandonner l’Éternel.

Ceux qui placent leur confiance en l’Éternel ne sont pas ébranlés car il les protège dès maintenant et à jamais (Psaume 125.1-2).

Les croyants jouissent de la protection de Dieu, même s’ils n’en sont pas conscients et même s’il leur arrive une tuile.

Un bâton méchant ne subsistera pas chez les justes de peur qu’eux-mêmes ne deviennent méchants.  (Psaume 125.3).

Si le mal n’est pas extirpé, il se propage et finit par atteindre même les justes, mais Dieu veille et ne permet pas que ses fidèles soient éprouvés au-delà de leurs forces.

Éternel, répands tes bienfaits sur celui qui est bon, sur celui qui a le cœur droit, mais détruit ceux qui font le mal. Que la paix soit sur Israël ! (Psaume 125.5).

Tôt ou tard, les impies seront punis, mais la bénédiction de Dieu repose sur ses fidèles.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires