Les études

05 avril 2022

#05 Dieu tient ses promesses

Le Psaume 10 est une demande pressante à Dieu d’intervenir mais il nous rappelle aussi que la délivrance se fait parfois longtemps attendre.

Pourquoi, ô Éternel, es-tu si loin ? Pourquoi te caches-tu aux jours de la détresse ? (Psaume 10.1).

David est déprimé car il éprouve un sentiment d’impuissance. Pourquoi Dieu n’intervient pas est une question que d’innombrables croyants au travers les siècles se sont posés. C’est le problème vexant du mal sur terre. Jésus aussi a dit à Dieu : Pourquoi m’as-tu abandonné ?

Dans son arrogance, le méchant opprime les malheureux qui sont victimes de ses pièges. Il se vante de son avidité et déclare : “ Dieu ne punit pas ; il n’existe pas. ” Telle est sa pensée. Ses machinations lui réussissent car tes jugements sont bien trop élevés pour l’atteindre. Il se débarrasse de ses adversaires et se dit : “ Je suis à l’abri du malheur et serai toujours inébranlable ”. Sa bouche est pleine de malédictions, de tromperies, de fraudes et de malices. Il se tient en embuscade et assassine l’innocent dans des lieux écartés. Il est aux aguets dans sa retraite pour surprendre le malheureux qui est pris dans ses griffes. Il se dit : Dieu oublie ! Il ne regarde jamais ! Lève-toi, Éternel ! ô Dieu, interviens ! N’oublie pas les malheureux ! Pourquoi le méchant méprise-t-il Dieu ? Pourquoi dit-il : Tu ne punis pas ? (Psaume 10.2-13).

Dans les Écritures, ceux qui rejettent Dieu sont appelés méchants ou insensés. La négation de Dieu permet au méchant de faire le mal impunément, la conscience pratiquement tranquille. Il croit qu’il échappera à tout jugement autant sur terre que dans l’au-delà, et en apparence il semble avoir raison.

Pourtant tu regardes et tu vois bien la peine et la souffrance ! Le faible s’abandonne à toi et tu viens en aide à l’orphelin. Abats la force du méchant ! Demande-lui de rendre compte du mal qu’il a commis et qu’il ne reste plus de trace de lui (Psaume 10.14-15).

Le psalmiste crie vengeance au nom de tous les innocents opprimés et, au fil des siècles, bon nombre d’entre eux ont fait usage de cette prière pour leur compte personnel.

L’Éternel est Roi à jamais et toutes les nations païennes ont disparu de son pays. Éternel, tu entends les désirs de ceux qui souffrent. Tu leur redonnes courage et tu écoutes pour faire droit à l’orphelin et à l’opprimé, pour que l’homme, tiré de la terre, cesse d’inspirer l’effroi (Psaume 10.16-18).

Le psalmiste voit loin dans l’avenir. Il a été exaucé et l’injustice fait partie du passé. Tout ceux qui se sont dressés contre l’Éternel ont disparu.

Le Psaume 11 est de David alors que sa vie est menacée et que ses amis lui conseillent de fuir.

L’Éternel est mon refuge, alors pourquoi me répéter : “ fuis comme un oiseau dans les montagnes ? Les méchants dans l’ombre bandent leur arc pour tirer sur les hommes droits. Mais quand les fondements sont renversés, que peuvent faire les justes ? L’Éternel est dans son saint temple et sur son trône au ciel, et il observe. L’Éternel éprouve le juste mais il déteste le méchant et l’homme violent (Psaume 11.1-5).

Un attentat se prépare. Il s’agit d’un despote sans foi ni loi, soit du roi Saül, soit d’Absalom qui s’est emparé du trône de son père. Face à l’agitation de ses conseillers, David oppose une attitude de foi en l’Éternel. Quand le juste est ballotté par les défis de la vie, il peut reprendre pied en fixant son regard sur Dieu qui règne sur son trône céleste et que rien ne peut ébranler.

L’Éternel fait pleuvoir sur les méchants du charbon, du feu et du soufre et les expose au vent brûlant. Car l’Éternel est un Dieu juste qui aime la justice. Les hommes droits verront sa face (Psaume 11.6-7).

David établit un contraste entre le sort final du méchant et du juste, c’est à dire celui qui a mis sa confiance en Dieu. C’est à la fin des temps et au jugement dernier que se fera le grand tri.

Le Psaume 12 a probablement été composé par David alors qu’il est pourchassé sans relâche par le roi Saül.

À chanter avec la harpe à huit cordes. Au secours, ô Éternel ! Il n’y a plus d’homme pieux. Chacun trompe son prochain. Que l’Éternel extermine les lèvres flatteuses et la langue arrogante. (Psaume 12.1-5).

C’est aussi la plainte des croyants contre la corruption. Faussetés et langue de bois règnent suprêmes tandis que les hommes droits et francs ont rarement une position d’autorité.

Mais l’Éternel dit : “ Parce que ceux qui sont opprimés gémissent, j’interviens pour les sauver. ” Les paroles du Seigneur sont la pureté même, de l’argent affiné sept fois purifié. Éternel, tu tiens parole et tu nous protèges contre les gens pervers. Quand des vauriens s’élèvent parmi les hommes, les méchants pullulent de partout (Psaume 12.6-9).

Le psalmiste établit un contraste entre la parole de Dieu et les langues fourchues corrompues. Les Écritures sont le compas qui nous permet de bien diriger notre vie au milieu du chaos du mensonge qui règne tout autour de soi.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires