Les études

30 mars 2022

#06 S’occuper des veuves (1Timothée 4.14-5.16)

Timothée a la trentaine, ce qui, à cette époque, est considéré jeune. Il doit donc surmonter ce handicap en menant une vie irréprochable à tous les niveaux. Il doit exhorter les membres de l’église à obéir aux Écritures, seule source de vérités, les mettre en garde, les réprimander, les consoler et les encourager.

Ne néglige pas le don qui est en toi et qui, suite à une prophétie, t’a été conféré par les anciens qui t’ont imposé les mains (1 Timothée 4.14).

L’imposition des mains exprime un partenariat dans le ministère. Trois ans après cette première lettre, Paul en écrit une deuxième pour encourager Timothée à persévérer, car il semble tituber sous sa charge pastorale.

Médite tout ce que je te dis afin que tes progrès soient évidents pour tous. Veille sur toi-même et sur ton enseignement. Sois persévérant, car en agissant ainsi, tu assureras ton salut et celui de tes auditeurs (1 Timothée 4.15-16 ; cp Philippiens 3.12-14).

La vie chrétienne n’est jamais du sur-place, mais un progrès constant dans la sanctification, la discipline de vie, la persévérance dans la foi et la communion avec Dieu, qui sont les preuves de l’authenticité du salut. Par ailleurs, Timothée, et tout prédicateur, doit fidèlement annoncer la vérité de la parole de Dieu.

Ne sois pas rude à l’égard d’un homme âgé, mais exhorte-le comme s’il était ton père. Pareillement, traite les jeunes gens comme des frères, et les femmes âgées comme des mères, et les jeunes femmes comme des sœurs, en toute pureté (1 Timothée 5.1 ; cp Exode 20.12 ; Lévitique 19.32 ; Proverbes 16.31 ; 20.29 ; Job 32.4, 6).

Une réprimande ne doit pas être dure, mais respectueuse, et avec beaucoup de prudence avec les dames.

Honore et viens en aide aux veuves privées de soutien. Mais si une veuve a des enfants ou petits-enfants, qu’ils apprennent à montrer leur foi au Seigneur en rendant à leur parent ce qu’ils ont reçu d’elle, car cela plaît à Dieu. La veuve qui est seule et privée de soutien espère en Dieu et passe son temps à le prier (1 Timothée 5.3-5 ; cp Actes 6).

En milieu chrétien au premier siècle, l’église doit subvenir aux besoins d’une veuve, qui est dépouillée, dit le texte grec, car c’est ce qu’elle était. Il faut aussi qu’elle mène une vie sainte. Dans son évangile, Luc (2.36-37) cite l’exemple d’Anne. Mais si la veuve a une famille, c’est à celle-ci de la prendre en charge.

Mais la veuve qui court après les plaisirs est déjà morte, quoique vivante. Transmets-leur ces avertissements afin qu’elles mènent une vie irréprochable (1 Timothée 5.6-7).

Depuis la mort de son mari, cette veuve joyeuse non croyante, a quitté l’église et fait la fête.

Si quelqu’un ne prend pas soin des membres de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu’un incroyant (1 Timothée 5.8).

Même les non-croyants prennent soin de leur famille, alors un soi-disant chrétien qui refuse d’aider les siens, est effectivement pire qu’un non-croyant.

Pour qu’une veuve soit diaconesse, qu’elle ait au moins soixante ans, et qu’elle ait été femme d’un seul mari. Elle doit être connue pour avoir bien élevé ses enfants, accueilli des étrangers, lavé les pieds des croyants, secouru les malheureux, et pratiqué toutes sortes de bonnes œuvres (1 Timothée 5.9).

Du temps de son mariage, cette veuve était fidèle à son mari et a bien éduqué ses enfants. Elle peut donc être de bon conseil envers les jeunes mamans. Mais pour devenir diaconesse, il faut aussi qu’elle soit humble, au point de laver les pieds des croyants, et hospitalière, car à cette époque, les auberges sont des repaires de brigands et de prostituées. En résumé, cette veuve se donne entièrement aux autres.

N’accepte pas les jeunes veuves comme diaconesses, car quand leurs désirs romantiques se raniment, elles veulent se remarier, et alors, leur conscience leur reproche d’avoir rompu l’engagement qu’elles avaient pris de servir Christ. En plus, elles deviennent oisives, et passent leur temps à des commérages et à se mêler de ce qui ne les regarde pas (1 Timothée 5.11-13).

Paul craint que les jeunes veuves ne tiendront pas la promesse publique qu’elles ont prise de servir l’église et en seront culpabilisées. Puis, ayant du temps à perdre, elles colporteront des cancans.

Je veux donc que les jeunes veuves se marient, qu’elles aient des enfants et s’occupent de leur ménage, afin de ne pas donner à nos adversaires de raison de nous critiquer. En effet, il y en a, hélas, déjà plusieurs qui se sont détournées du droit chemin pour suivre Satan (1 Timothée 5.14-15).

Suivre Satan signifie probablement tomber dans l’impudicité.

Si un fidèle a des veuves dans sa famille, il doit subvenir à leurs besoins, afin que l’église n’en ait pas la charge. Alors, elle pourra pourvoir aux besoins des veuves qui n’ont pas de soutien (1 Timothée 5.16).

Paul répète que c’est aux enfants et petits-enfants de s’occuper de ses veuves.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires