Les études

04 avril 2022

#7 Encore des plaies … (Exode 10.1-29)

Nous arrivons au chapitre 10 et au huitième fléau.

« L’Éternel dit à Moïse : … C’est moi qui ai endurci le pharaon… afin que tu racontes à tes descendants comment j’ai traité les Égyptiens et quels signes miraculeux j’ai accompli au milieu d’eux. Ainsi vous saurez que je suis l’Éternel » (Exode 10.1-2).

Les 5 premiers fléaux étaient des perches tendues au pharaon qui les a refusées. Mais depuis la 6e, les dés sont jetés et l’Éternel prépare de terribles châtiments. Il aurait pu faire sortir les Hébreux d’Égypte en un tournemain mais il voulait donner à pharaon l’occasion de se repentir.

Par ces jugements, Dieu prouve qu’il est capable de faire entrer son peuple dans le pays promis, et donc qu’il est digne de confiance. Le souvenir des X plaies se transmet de génération en génération depuis 35 siècles.

« Moïse et Aaron dirent au pharaon : Laisse partir mon peuple sinon les sauterelles recouvriront ton territoire, envahiront ton palais et toutes les maisons, et dévoreront ce qui a échappé à la grêle » (Exode 10.3-6).

Un fléau de sauterelles était très rare en Égypte mais redouté car elles ont des dents-ciseaux qui leur permettent de dévorer toute végétation et même l’écorce des arbres.

« Puis Moïse partit. Les serviteurs du pharaon lui dirent : … Laisse donc partir ces gens… Ne vois-tu pas que l’Égypte court à sa ruine ? » (Exode 10.7).

Avant la grêle certains fonctionnaires ont cru Moïse et agi en conséquence. Se rendant compte que l’Égypte est en train d’être démontée, pièce par pièce, ils tentent de raisonner leur maître.

« On rappela Moïse et Aaron et pharaon leur dit : Allez rendre un culte à l’Éternel, mais qui partira ? Nous irons tous : enfants et vieillards ainsi que notre bétail car nous allons célébrer une fête en l’honneur de l’Éternel. Non, je ne veux pas ça ! … Vous avez de mauvaises intentions ! Que seuls les hommes partent ! Puis on les chassa » (Exode 10.8-11).

Le pharaon ne lâche pas prise et veut des otages. On sent que ça va très mal finir.

« L’Éternel dit à Moïse : Étends la main sur l’Égypte et que les sauterelles envahissent le pays et dévorent la végétation que la grêle a épargnée. L’Éternel fit souffler un vent d’orient qui le lendemain matin avait amené les sauterelles » (Exode 10.12-13).

Les voyages, ça creuse, alors après un vol de 24 heures, les sauterelles ont une faim de loup.

« Elles s’abattirent sur toute l’Égypte… en si grand nombre que… la terre fut obscurcie. Elles dévorèrent toute la végétation et tous les fruits qui subsistaient de sorte qu’il ne resta aucun brin de verdure. Le pharaon convoqua Moïse et Aaron et dit : J’ai péché contre l’Éternel. Maintenant pardonne et priez l’Éternel pour qu’il me débarrasse de ce fléau. Moïse pria l’Éternel qui fit souffler un violent vent d’ouest qui emporta les sauterelles dans la mer. Mais il endurcit le pharaon, qui ne laissa pas partir les Israélites » (Exode 10.14-20).

On connaît le refrain. Maintenant en Égypte, tout est détruit sauf ce qui est dans des silos ou sous terre. Le jugement du pharaon est arrêté et rien ne peut plus changer le cours des choses.

« L’Éternel dit à Moïse : Lève la main vers le ciel ! Et l’Égypte fut plongée pendant trois jours dans des ténèbres opaques… Par contre, il faisait jour où habitaient les Israélites » (Exode 10.21-23).

C’est la neuvième plaie et elle insulte le dieu soleil Rê, la divinité suprême. De telles ténèbres, presque palpables, provoquent une angoisse en crescendo, tout comme un silence total.

« Le pharaon convoqua Moïse et dit : Allez rendre un culte à l’Éternel avec vos enfants. Seul votre bétail restera ici » (Exode 10.24).

Le pharaon fait un effort supplémentaire mais il essaie encore de tirer son épingle du jeu. Il se dit que sans le bétail, les Hébreux ne feront pas long feu dans le désert.

« Moïse répliqua : C’est toi-même qui nous fourniras les animaux pour les sacrifices … et nos troupeaux nous accompagneront… » (Exode 10.25).

Moïse n’a plus la langue embarrassée car il fait preuve d’une assurance et d’un aplomb considérables, et il est dur en affaires car il veut que pharaon tire du maigre cheptel qui lui reste, les animaux pour les sacrifices à l’Éternel.

« Mais l’Éternel rendit le cœur du pharaon obstiné et il refusa. Va-t’en d’ici, cria-t-il à Moïse, et ne reparais plus jamais en ma présence ou tu mourras ! … Tu l’auras voulu, répondit Moïse : Je ne reparaîtrai plus » (Exode 10.27-29).

Les négociations sont rompues et pharaon montre les dents. C’est incroyable, mais après tout ce qu’il a subi, il croit encore avoir le dernier mot. Moïse répond quelque chose comme : « Tu as signé ton arrêt de mort et l’encre est sèche ! ».

Je commence le chapitre 11.

« L’Éternel dit à Moïse : Je vais encore faire venir un fléau. Après, pharaon vous chassera de son pays… Va dire au peuple : que chacun demande à son voisin des objets d’or et d’argent » (Exode 11.1-3).

Le peuple d’Israël va quitter l’Égypte les poches pleines.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires