Les études

15 juin 2022

#07 Relations entre esclaves et maîtres (Colossiens 3.22-4.17)

Esclaves, obéissez en tous points, en tout temps et de bon gré, à vos maîtres terrestres, non pour plaire aux hommes mais pour plaire à Dieu et parce que vous le révérez, et vous savez que vous recevrez du Seigneur un héritage comme récompense. Le Maître que vous servez, c’est le Christ. Celui qui agit mal recevra ce que méritent ses mauvaises actions car Dieu ne fait pas de favoritisme (Colossiens 3.22-25; cp 1 Pierre 2.18).

Paul ne s’est pas engagé dans une réforme sociale ou politique mais dans celle des cœurs. Il élève le statut de l’esclave, éloigne ses pensées de son maître terrestre et les dirige vers son Maître céleste. Il transforme ainsi ses motivations et l’encourage à bien faire, car quelle que soit notre position sociale, nous devrons tous rendre compte à Dieu de notre conduite.

Maîtres, traitez vos serviteurs avec justice et intégrité, sachant que vous avez, vous aussi, un Maître dans le ciel (Colossiens 4.1).

Paul rappelle aux maîtres chrétiens qu’eux aussi ont un Seigneur dans les cieux. Maîtres et esclaves et tous les membres du peuple de Dieu sont égaux devant Dieu.

Persévérez dans la prière et soyez reconnaissants (Colossiens 4.2 ; cp Romains 12.12).

L’homme est naturellement religieux et ressent le besoin de prier parce qu’il est un être spirituel. Jésus a enseigné la persévérance dans la prière (Luc 11.5-10 ; 18.1-8) parce que Dieu veut être importuné. Il faut donc arroser de prières ceux que l’on veut évangéliser.

C’est déjà la cinquième fois que Paul exhorte ses lecteurs à être reconnaissants envers Dieu. D’une part, parce qu’il leur donne l’occasion de contribuer à son royaume, et d’autre part, c’est la bonne attitude de la créature envers son Créateur.

Intercédez pour nous afin que Dieu nous donne l’occasion d’annoncer sa Parole et tout ce qui concerne le Christ, bien que je sois en prison à cause de lui (Colossiens 4.3-4; cp 1 Corinthiens 16.8-9 ; 2 Corinthiens 2.12).

Paul est enchaîné mais pour lui il n’existe pas de circonstances désespérées. Bien qu’il ne semble pas y avoir d’occasions d’annoncer l’Évangile, il croit que la prière peut remédier à cette situation et lui donner des opportunités d’annoncer la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu.

Conduisez-vous avec sagesse dans vos relations avec les non-croyants, et mettez à profit les occasions qui se présentent à vous (Colossiens 4.5; cp Éphésiens 5.16).

Il faut saisir toutes les opportunités pour se rendre utile à Dieu, ce qui veut dire fréquenter les non-croyants pour gagner le droit de leur présenter l’Évangile, enseigner, aider ou encourager les frères.

Que votre parole soit toujours empreinte de grâce et assaisonnée de sel afin de répondre de façon appropriée à chacun (Colossiens 4.6; cp 1 Pierre 3.15; Jacques 3.2).

La parole du croyant doit avoir une influence bienfaisante. Sans être gnangnan, mais avec douceur et sérieux, il doit parler de la grâce de Dieu mais aussi du jugement à venir.

Tychique, notre frère bien-aimé, mon collaborateur et un fidèle serviteur au Seigneur, vous donnera de mes nouvelles et vous encouragera. J’envoie avec lui notre cher et fidèle Onésime qui est l’un des vôtres. Ils vous informeront de tout ce qui se passe ici (Colossiens 4.7-9; cp Éphésiens 6.21).

Nous arrivons à une liste de personnes qui est similaire à celle de la fin de l’épître aux Romains. De toute évidence, Paul a une très haute opinion de Tychique, son aide de camp et un vrai soldat de Jésus-Christ. Onésime est un esclave en fuite qui s’est converti à Jésus-Christ au contact de l’apôtre et Paul le renvoie chez son maître accompagné d’une lettre.

Vous avez les salutations d’Aristarque, mon compagnon de prison, ainsi que Marc. S’il vient vous voir, faites-lui bon accueil. Justus vous salue également. Ces hommes sont les seuls Juifs qui œuvrent avec moi pour le royaume de Dieu. Ils ont été mon réconfort ! (Colossiens 4.10-11).

Aristarque a œuvré en compagnie de Paul à Éphèse où il a failli être lynché. Il l’accompagne à Jérusalem où il échappe de justesse à un nouveau lynchage. Puis prend le bateau pour Rome avec l’apôtre et fait naufrage (Actes 19.29; 20.4 ; 27.4). Fréquenter Paul c’était risquer sa vie.

Épaphras, qui est l’un des vôtres et serviteur de Jésus-Christ, vous salue. Il combat sans cesse pour vous dans ses prières, pour que, arrivés à la pleine maturité de la foi, vous demeuriez fermes, prêts à faire la volonté de Dieu. Je peux témoigner qu’il œuvre sans cesse pour vous, et pour ceux de Laodicée et de Hiérapolis (Colossiens 4.12-13).

Les prières d’Épaphras doivent être plutôt intenses puisque le verbe « combat » a donné « agoniser » en français.

Notre cher ami Luc, le médecin, et Démas vous saluent (Colossiens 4.14).

C’est ici qu’on apprend que Luc est médecin. D’origine grecque, il est très cultivé et se joint à Paul à partir de son deuxième voyage missionnaire. Démas abandonnera l’apôtre (2 Timothée 4.10).

Veuillez saluer les frères de Laodicée, ainsi que Nympha et l’Église qui se réunit dans sa maison (Colossiens 4.15).

Paul salue les membres des églises de Laodicée et de Hiérapolis.

Quand vous aurez lu cette lettre, qu’elle soit également lue dans l’Église de Laodicée, et lisez vous-mêmes celle qui vous sera transmise par les Laodicéens (Colossiens 4.16).

Les premières églises lisent, recopient et échangent les lettres de l’apôtre et les conservent précieusement. C’est ainsi que se sont constituées les épîtres de Paul du Nouveau Testament.

Dites à Archippe de bien remplir le ministère qu’il a reçu du Seigneur. Je vous adresse mes salutations de ma propre main. Souvenez-vous de moi en prison. Que la grâce de Dieu soit avec vous (Colossiens 4.17-18).

Archippe nous est inconnu. Paul dictait ses lettres puis ajoutait une salutation personnelle à la fin, et selon son habitude, il termine avec la grâce de Dieu manifestée en Jésus-Christ.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires