Les études

16 juin 2022

#08 La mort des deux premiers fils d’Aaron (Lévitique 10.3-11.45)

L’Éternel a foudroyé les deux fils aînés d’Aaron.

« Moïse lui dit : Nous voyons se réaliser la parole de l’Éternel :  Ma sainteté doit être respectée … Aaron garda le silence » (Lévitique 10.3).

Moïse veut peut-être prévenir une quelconque protestation d’Aaron, mais il sait que toute parole serait déplacée et donc se tait, un silence d’autant plus parlant que chez les Orientaux en deuil, où les manifestations de douleur sont très bruyantes.

« Moïse dit aux fils de l’oncle d’Aaron : Emportez ces hommes » (Lévitique 10.4-5).

Comme les tuniques sacerdotales ont été souillées par les cadavres, elles seront brûlées. Il va sans dire que la nouvelle de ce châtiment a jeté un froid glacial parmi le peuple.

« Moïse dit à Aaron et à ses deux autres fils : Ne prenez pas le deuil de peur d’attirer la colère de Dieu sur toute l’assemblée. Ce sont les Israélites qui les pleureront. Mais vous ne quitterez pas l’entrée du tabernacle sinon vous mourrez car vous avez été oints d’huile d’onction » (Lévitique 10.6-7).

Il est interdit au grand-prêtre et à ses fils de prendre le deuil (Lévitique 21.10-12) parce que leur sacerdoce a priorité sur leur vie privée. Puis, au vu de ce qui vient d’arriver aux fils d’Aaron, Moïse interdit aux prêtres de boire de l’alcool pendant leur service afin dit-il : « que vous soyez en état de distinguer ce qui est saint de ce qui est profane » (Lévitique 10.8-11).

« Moïse découvrit qu’on avait brûlé le bouc offert en sacrifice pour le péché au lieu de manger la viande. Alors il se fâcha contre les fils d’Aaron. Mais Aaron prit la défense de ses fils et dit : Si aujourd’hui j’avais mangé de la viande, l’Éternel l’aurait-il approuvé ? Moïse acquiesça » (Lévitique 10.16-20).

Selon la lettre de la Loi, Moïse a raison. Mais Aaron répond qu’au vu des circonstances tragiques qui viennent de le frapper, il n’avait guère d’appétit et on le comprend. Il y a des situations où une loi de force majeure surpasse les autres et l’Éternel l’accepte tout à fait.

Je commence maintenant le chapitre 11 qui traite de la vie quotidienne.

« L’Éternel s’adressa à Moïse et à Aaron : Vous pourrez manger les quadrupèdes qui ont le sabot fendu et qui ruminent. Mais vous ne mangerez pas ceux qui ruminent seulement ou qui ont seulement le sabot fendu. Vous pourrez manger tous les poissons qui peuplent les mers et les rivières à condition qu’ils aient à la fois des nageoires et des écailles » (Lévitique 11.3-4,9).

La liste des animaux purs est : bœuf, brebis, chèvre, cerf, gazelle, daim, bouquetin, et antilope. Sont exclus coquillages, mollusques, crustacés et cétacés. Ces interdictions sont le moyen pour Dieu d’établir une distinction entre Israël et les peuples païens qui mangent n’importe quoi. Puis le texte donne une liste de 19 espèces d’oiseaux considérées abominables parce que ce sont des carnassiers » (Lévitique 11.13-19).

« Vous aurez en abomination tout insecte ailé marchant sur quatre pattes, sauf les sauterelles, criquets, grillons et locustes » (Lévitique 11.20-23).

Voici la recette : faire sécher puis frire dans du beurre ou cuire dans de la farine. Il vous faudra essayer.

« Si vous touchez le cadavre d’un animal impur, vous serez impurs jusqu’au soir. Celui qui transportera leur cadavre lavera aussi ses vêtements » (Lévitique 11.24-28).

Plus loin, il est spécifié qu’il faut laver à l’eau cette impureté transmise par contact, et ceux qui négligent ces prescriptions doivent réparer leur faute en offrant un sacrifice d’expiation.

Ce qui est pur ne peut purifier ce qui est impur mais ce qui est impur souille ce qui est pur (Aggée 2.12-13). Une pomme pourrie va pourrir tout le panier et rien ne peut assainir une pomme pourrie. Jésus seul rendait purs les impurs par son contact, sa parole ou sa pensée. Puis le texte donne une liste de huit espèces de « petites bêtes qui se meuvent sur le sol et qui sont impures » comme la belette, la souris, le lézard, le gecko, la limace et le caméléon, qu’il ne faut donc pas toucher car on se rend impur. Par ailleurs :

« Tout objet sur lequel tombera l’une de ces bêtes mortes sera passé à l’eau et restera impur jusqu’au soir. Si l’une de ces bestioles mortes tombe dans un récipient de terre cuite, tout son contenu devient impur, et vous briserez le récipient. Si le contenu a été versée sur un aliment, celui-ci devient impur. Toutefois, les sources et les puits resteront purs » (Lévitique 11.32-36).

Quand l’eau est renouvelée, elle ne reste pas polluée. Dieu enseigne à la fois l’hygiène et la sainteté à son peuple et le protège de la contamination. La propreté suit de très près la sainteté.

« Si une partie de leur cadavre tombe sur une semence végétale quelconque, celle-ci restera pure. Mais si l’on a mis de l’eau sur du grain et qu’il y tombe un de ces cadavres, vous la tiendrez pour impure » (Lévitique 11.37-38).

Si une bestiole morte touche une semence sèche, l’impureté est absorbée par la terre. Mais si la semence est mouillée, il faut la jeter.

« Vous aurez en abomination tout reptile et vous n’en mangerez pas. Vous serez saints car je suis saint » (Lévitique 11.41-45).

« Saint » signifie « mis à part ». La sainteté de Dieu est ce qui tient l’homme à distance. Mais si on lui rend un culte en remplissant ses conditions, en respectant les règles de sainteté, on peut s’approcher de lui.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires