Les études

04 avril 2022

#8 Une dernière plaie, la pire de toutes ! (Exode 11.4-12.14)

Nous arrivons à la dernière des X plaies d’Égypte.

« Moïse dit au pharaon : Voici ce que dit l’Éternel : « Au milieu de la nuit, je parcourrai l’Égypte et tout premier-né mourra, depuis le fils aîné du pharaon jusqu’à celui de la servante, ainsi que tout premier-né du bétail. De grands cris s’élèveront dans tout le pays, mais chez les Israélites, on n’entendra pas même un chien aboyer.  … Alors tes serviteurs me supplieront : Va-t’en, toi et ton peuple ». Moïse sortit rouge de colère » (Exode 11.4-8).

Moïse retourne donc au palais pour informer le pharaon de la suite des festivités. C’est l’ultime entretien. L’entêtement du pharaon est à l’origine des plaies, mais elles permettent aussi à Dieu de manifester sa gloire. Avant le début des jugements, l’Éternel avait dit au pharaon :

« Laisse aller Israël pour qu’il me rende un culte. Si tu refuses, je ferai périr ton fils aîné » (Exode 4.23; comparez Hébreux 10.1).

Ce jugement est dur parce qu’au Moyen Orient, l’avenir de la famille repose sur le fils aîné. Les premiers-nés égyptiens hommes et bêtes, appartiennent de facto aux fausses divinités, mais l’Éternel va les réclamer avec violence et ce n’est pas Moïse mais Dieu lui-même qui déclenchera la Xe plaie. En pleine nuit, l’Ange exterminateur frappera toutes les maisonnées et on entendra de grands cris de douleur. Les Hébreux, par contre, passeront une nuit paisible dans leur chaumière. Je commence le chapitre 12.

« L’Éternel dit à Moïse et Aaron : Ce mois-ci sera le premier mois de l’année » (Exode 12.2).

Ce mois s’appelle Nisan et débute à la première nouvelle lune du printemps, en mars/avril. Le calendrier agricole et civil commence lui en automne. Dieu ordonne une fête où tous les membres d’une ou plusieurs familles festoient ensemble.

« Le dixième jour, que chaque maison se procure un agneau ou un chevreau mâle sans défaut âgé d’un an. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour, puis tout le peuple les immolera à la nuit tombante » (Exode 12.3-6).

Ce cérémonial annonce déjà la venue de Jésus-Christ, l’Agneau parfait de Dieu. L’animal est observé quelques jours pour vérifier qu’il est en parfaite condition avant d’être immolé à la place des premiers-nés épargnés par l’ange exterminateur. Pareillement, Jésus a été constamment surveillé et nul n’a pu trouver en lui une seule faute. L’apôtre Pierre écrit que « Il a fallu que le Christ, tel un agneau pur, sans défaut et sans tache, verse son sang précieux en sacrifice pour nous » (1 Pierre 1.18-19 ; comparez 2.22-23 ; Luc 23.4). Jésus a subi le jugement de Dieu et est mort à la place des pécheurs.

On prendra du sang de l’agneau et l’on en badigeonnera les deux montants et le linteau de la porte des maisons où il sera mangé » (Exode 12.7).

La preuve de l’animal sacrifié doit apparaître sur toutes les entrées des maisons puis il doit être mangé. Quand Jésus a célébré la Pâque, il a partagé le pain et une coupe de vin avec ses disciples et il a dit : « Prenez, mangez, ceci est mon corps … Buvez, ceci est mon sang, par lequel est scellée l’alliance » (Matthieu 26.26-28). Jean rapporte qu’il a aussi dit : « Je suis le pain vivant descendu du ciel … Le pain que je donnerai est mon propre corps. Celui qui se nourrit de ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ».

« L’animal entier avec la tête, les pattes et les abats sera rôti et on mangera la viande avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous ne garderez rien et ce qui reste sera brûlé » (Exode 12.8-10).

La Pâque est célébrée selon des règles précises. L’animal entier avec entrailles nettoyées doit être mis sur la table. Le repas terminé, tout doit disparaître. Les herbes amères évoquent la souffrance du peuple et de Jésus. Le levain représente souvent le mal, or Jésus est sans péché.

« Vous le mangerez à la hâte, prêts à partir : la ceinture nouée, les sandales aux pieds et le bâton à la main. C’est la Pâque de l’Éternel » (Exode 12.11).

Cette tenue indique évidemment un départ imminent.

« Cette nuit-là je frapperai tout premier-né dans le pays et j’exercerai ainsi mes jugements contre tous les dieux de l’Égypte ; je suis l’Éternel. Le sang sera pour vous un signe sur les maisons ; je verrai le sang ; je passerai outre et vous serez épargnés » (Exode 12.12-13).

C’est uniquement la présence du sang autour de la porte qui arrête l’Ange destructeur. Si des Égyptiens ont fait de même, ils ont également eu la vie sauve. La seule gomme qui puisse effacer mon ardoise est le sang du Christ. C’est uniquement et seulement sur cette base que Dieu accorde le pardon et la vie éternelle.

« De génération en génération, vous commémorerez ce jour par une fête que vous célébrerez en l’honneur de l’Éternel » (Exode 12.14).

La Pâque juive est d’une importance capitale parce qu’elle prophétisait le sacrifice de Jésus.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires