Les études

14 juin 2021

03 – Création ou Évolution ? 2ème Partie

On peut dire qu’il est possible d’évaluer l’univers avec quatre paires de lunettes différentes.

L’évolutionniste athée voit tout comme le fruit du hasard. Rien multiplié par des milliards d’années égale tout.

L’évolutionniste déiste croit qu’une divinité a créé la matière et la vie puis a enclenché des processus naturels qui ont pris le relais.

La troisième paire de lunettes est portée par l’évolutionniste chrétien qui voit Dieu qui dirige le processus de l’évolution.

Le 4e modèle est un Dieu créateur tel qu’il est décrit dans la Genèse. « Au commencement », l’Éternel a instantanément tout créé pour fonctionner comme nous l’observons aujourd’hui. Le prophète Jérémie écrit :

« Voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes, le Dieu d’Israël, c’est moi qui ai fait la terre, les hommes et les animaux qui sont sur la terre, avec ma grande force et la puissance que j’ai déployée… » (Jérémie 27.5).

La science a découvert la molécule ADN, le quartier général qui pilote le fonctionnement de la cellule en lui donnant sous forme chimique les informations dont elle a besoin pour fonctionner et fabriquer les protéines, mais on ne sait pas vraiment comment la cellule lit ce qui la concerne. La complexité de la moindre cellule défie l’imagination et l’organisme vivant le plus simple est un chef d’œuvre technologique.

Les amateurs de la théorie du Big Bang passent sous silence que quand un objet explose, les morceaux sont projetés dans le même sens. Or, le soleil tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, alors que sur les 9 planètes de son système, 7 vont dans un sens et 2 dans un autre. Sur les 60 lunes de notre système solaire, 11 tournent dans le sens contraire de la planète qu’elles accompagnent.

Cela dit, il est bien vrai que l’apôtre Pierre en particulier parle d’un gigantesque boum, seulement il se situe à la fin des temps, pas au commencement. Dans sa seconde épître, il écrit : « En ce jour-là, le ciel disparaîtra dans un fracas terrifiant, les astres embrasés se désagrègeront et la terre se trouvera jugée avec tout ce qui a été fait sur elle ». (2 Pierre 3.10).

Que ce soit un croyant ou un athée, tous deux ont la foi. En ce qui concerne les croyants, l’auteur de l’épître aux Hébreux écrit : « Par la foi, nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, et qu’ainsi le monde visible tire son origine de l’invisible ». (Hébreux 11.3).

Deux évolutionnistes ont dit respectivement : « Je crois que l’univers a été créé par le hasard, en sorte que ce qu’on voit s’est fait tout seul par des millions de mutations au cours de milliards d’années. Pendant plus de 40 ans et par mes expériences scientifiques, j’ai essayé de prouver l’évolution. Ce fut en pure perte. L’absence des chaînons de transition ne peut pas être expliquée. L’idée de l’évolution est un pur acte de foi. »

 

Et pourtant, cette théorie est désormais un dogme, une évidence incontestable qui n’a pas besoin de preuves et dont les problèmes ne sont même plus évoqués. Mais moi, je voudrais bien qu’on me montre comment la sélection naturelle a doté la bactérie de son flagelle qui lui permet de se déplacer en milieu liquide. C’est une sorte de longue queue qui lui sert d’hélice et qui peut effectuer jusqu’à 100 000 rotations par minute. Cependant, il ne lui faut qu’un quart de tour pour l’arrêter et la faire repartir dans le sens contraire.

Ce moteur hyper miniaturisé de hors-bord est formé de pièces constituées par une quarantaine de protéines ayant chacune la forme appropriée à sa fonction. Il suffit qu’un seul fragment manque ou qu’un seul élément ne soit pas exactement adapté et la bactérie ne peut se mouvoir.

Il faut dire que le rejet de Dieu convient très bien à tous ceux qui n’aiment pas l’idée d’un créateur, car son existence implique qu’on a des comptes à lui rendre. Mais ce n’est pas en hurlant haut et fort qu’il n’y a pas de Dieu et qu’on le fait disparaître.

L’apôtre Jean écrit : « Au commencement était celui qui est la Parole de Dieu. Il était avec Dieu, il était lui-même Dieu. Au commencement il était avec Dieu. Tout a été créé par lui ; rien de ce qui a été créé n’a été créé sans lui. Celui qui est la Parole de Dieu est devenu homme et il a vécu parmi nous. Nous avons contemplé sa gloire, la gloire du Fils unique envoyé par son Père ; plénitude de grâce et de vérité ! » (Jean 1.1-3, 14).

À la fin du siècle dernier, 60 scientifiques dont 24 lauréats du prix Nobel, ont rédigé un livre scientifique (sous la direction de Henry Margenau) titré Cosmos, Bios & Theos, c’est à dire : Univers, Vie et Dieu. La conclusion de cet ouvrage est : « Concernant l’origine des lois complexes qui régissent la nature, il n’y a qu’une réponse qui puisse convaincre, c’est une création par un Dieu omniscient et tout-puissant. »

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires