Les études

15 juin 2021

29 – Jacob se marie

L’Éternel apparaît en songe à Jacob et confirme les promesses faites à Abraham et Isaac. À son réveil,

« Jacob s’écria : assurément, l’Éternel est en ce lieu. C’est ici la porte du ciel. Le lendemain il dressa une stèle et appela cet endroit Béthel, ce qui veut dire : Maison de Dieu. Puis il fit le vœu suivant : si Dieu est avec moi, s’il me protège, si je reviens sain et sauf, alors l’Éternel sera mon Dieu. » (Genèse 28.16-21)

Jacob est très surpris parce que comme les païens, il croit que les divinités ont un rayon d’action local et limité. En quittant sa patrie, il pensait donc avoir laissé derrière lui l’Éternel, le Dieu de ses pères. C’est ici la première fois qu’il envisage de prendre l’Éternel pour Dieu.

Nous arrivons au chapitre 29 qui illustre l’effet boomerang ou selon ce qu’écrit Paul : « Ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi » (Galates 6. 8-9).

Jacob va récolter les fruits amers de sa fourberie.

« Jacob reprit sa marche. Un jour, il aperçut un puits et demanda aux bergers : connaissez-vous Laban ? Oui, nous le connaissons ! D’ailleurs, voici sa fille Rachel avec les moutons et les chèvres de son père. Lorsque Jacob vit Rachel il l’embrassa et éclata en pleurs. Il apprit à la jeune fille qu’il était un fils de Rébecca. Rachel courut prévenir son père. » (Genèse 29.1-12)

Jacob éclate en sanglots de joie car il est arrivé dans la famille de sa mère. La peur de son frère, la tristesse du départ, le stress du voyage, l’appréhension de ce qui l’attend, la vision de Dieu, toutes ces émotions contenues explosent soudainement en un torrent de larmes.

« Dès que Laban entendit parler de Jacob, il se précipita et l’embrassa. Alors Jacob lui raconta tout ce qui s’était passé. Pendant un mois il demeura chez lui. » (Genèse 29.13-14)

Laban le roublard a devant lui son neveu et il se dit qu’une aubaine lui est tombée du ciel. Jacob croyait ses supercheries derrière lui, mais le boomerang vient d’amorcer son retour en direction de sa figure.

« Puis Laban dit à Jacob : travailleras-tu pour rien chez moi ? Dis-moi ce que tu voudrais comme salaire. Jacob s’était épris de Rachel et il dit à Laban : je te servirai pendant sept ans si tu me donnes Rachel en mariage. » (Genèse 29.15-18)

Alors que Rachel a une belle charpente, la sœur aînée Léa a « le regard tendre », c’est à dire qu’elle est plutôt chétive.

À cette époque, le prétendant verse au père une dot et s’il n’a pas les moyens, il paie en nature. Alors que la dot moyenne s’élève à 50 jours de travail, Jacob offre 7 années pour Rachel qui l’a envoûté par sa beauté. Le pauvre vient de se passer un nœud coulant autour du cou.

Laban n’en croit pas ses oreilles et se dit que la fortune vient de frapper à sa porte car il va exploiter au maximum la mine d’or qu’est son neveu.

« Jacob travailla sept ans et ces années furent comme quelques jours parce qu’il aimait Rachel. Puis il dit à Laban : donne-moi ma femme car j’ai accompli mon temps de service. Alors Laban fit un festin auquel il invita tous les habitants. » (Genèse 29.19-22)

Jacob est tellement amoureux de Rachel que son travail était pure joie. Rachel est cher payée mais n’est qu’un acompte car Jacob ne sait pas de quoi son oncle est capable mais il ne va pas tarder à l’apprendre.

« La nuit venue, Laban amena sa fille Léa à Jacob qui s’unit à elle. Le lendemain matin, Jacob se rendit compte que c’était Léa. Alors il dit à Laban : pourquoi m’as-tu trompé ? » (Genèse 29.23-25)

La fiancée venait voilée dans la chambre nuptiale qui n’était pas éclairée. Laban joue un tour pendable à son neveu car il croit qu’il peut encore tirer sept années de travail gratuites de Jacob. Ce dernier reçoit la monnaie de sa pièce car tout comme il s’était substitué à son frère pour tromper son père, Léa a été substituée à Rachel pour le tromper.

« Laban répondit : chez nous, il n’est pas d’usage de marier la cadette avant l’aînée. Mais termine la semaine avec celle-ci et nous te donnerons aussi l’autre en contrepartie de sept autres années de travail chez moi. » (Genèse 29.26-27)

La coutume de marier l’aînée des filles en premier est vraie et toujours en vigueur dans certaines tribus nomades parce que les femmes non mariées sont exclues de la société et réduites à la mendicité ou la prostitution.

Laban veut s’assurer que ses filles soient casées et il sait que Rachel se mariera, mais Léa n’attire pas les regards voire même les repousse, d’où le stratagème. Sachant que ses chances de mariage sont faibles, Léa a marché dans la combine de son père.

« Jacob accepta. Il termina la semaine avec Léa, et Laban lui donna Rachel pour épouse. Jacob s’unit à Rachel qu’il aimait plus que Léa et il travailla encore sept années chez Laban. » (Genèse 29.28-30)

Jacob a maintenant sur les bras deux sœurs jalouses l’une de l’autre qui vont constamment se chamailler. Laban, lui, se frotte les mains car il a casé ses filles et il encaisse 14 années de travail gratuites.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires