Les études

15 juin 2021

34 – Joseph, vendu par ses frères

Le chapitre 37 est consacré à la famille de Jacob et surtout à Joseph, fils de Rachel, qui occupe davantage de chapitres que tous les autres patriarches, et que l’histoire du monde de la création jusqu’à la tour de Babel.

Je commence le chapitre 37.

« Jacob s’établit au pays de Canaan. Joseph, âgé de 17 ans, gardait les moutons et les chèvres avec ses frères. Il rapportait à leur père leurs mauvais propos. Israël aimait Joseph beaucoup plus que tous ses autres fils. Il lui fit une tunique splendide. Ses frères virent que leur père le préférait à eux tous ; alors ils le prirent en haine. » (Genèse 37.1-4)

Le favoritisme de Jacob envers Joseph est bien souligné par ce vêtement princier. Le petit frère se croit important à cause de l’attention que lui porte son père, mais ça va lui valoir de passer toute sa vie expatriée en Égypte. Bien que Jacob sache par expérience que favoriser un enfant crée des jalousies, il reproduit le modèle de son père Isaac. Décidément, les patriarches manquent de sagesse.

« Joseph fit un rêve et le raconta à ses frères. Écoutez ! Nous étions en train de lier des gerbes. Soudain, ma gerbe s’est dressée; les vôtres se sont placées autour d’elle et se sont prosternées. Ses frères lui dirent : prétendrais-tu nous gouverner ? Et ils le détestèrent de plus belle. Il eut encore un autre rêve qu’il raconta également à ses frères. J’ai vu le soleil, la lune et onze étoiles se prosterner devant moi. Il raconta aussi ce rêve à son père qui le réprimanda mais il garda ce fait en mémoire. » (Genèse 37.5-10)

Benjamin étant encore enfant, Joseph est le chouchou de Jacob parce que c’est le petit dernier et le souvenir vivant de Rachel, sa préférée. Joseph se sent en sécurité sous la protection et l’amour de son père et il ignore que ses frères le haïssent. Qu’il fasse des rêves est une chose, mais qu’il se vante, c’est jeter de l’huile sur le feu de la jalousie de ses frères. Jacob n’apprécie pas non plus les rêves de Joseph, mais comme lui-même a reçu de telles révélations, il ne sait que penser.

« Les frères de Joseph allèrent faire paître les troupeaux de leur père à Sichem. Israël dit à Joseph : Va voir comment se portent tes frères et si tout se passe bien. Joseph partit donc et les trouva à Dotân. » (Genèse 37.13-17)

La famille habite Hébron à 40 km au sud de Jérusalem. Sichem est à 80 km au nord et Dotân 20 km plus loin. Jacob semble inquiet de savoir ses fils près d’une ville où ils ont massacré les habitants. On le comprend.

« Les frères l’aperçurent de loin. C’est le moment ! Allons, tuons-le et jetons-le dans une citerne, nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré. Lorsqu’il entendit cela, Ruben chercha à sauver Joseph et dit : ne portons pas atteinte à sa vie ! Jetez-le dans cette citerne ! » (Genèse 37.18-22)

Tant qu’ils sont proches de leur père, les frères n’osent pas s’attaquer à Joseph, mais aussi loin de la maison tout peut arriver. Comme pour Dina violée, la ville de Sichem massacrée et pillée, Jacob ne soupçonne pas que ses fils respirent le meurtre. Il manque de sagesse et de perspicacité. Ruben, qui a violé la servante apparaît ici sous un bon angle. En tant que premier-né, il se sent responsable du plus vulnérable de ses frères.

« Dès que Joseph eut rejoint ses frères, ils le dépouillèrent et le jetèrent au fond d’une citerne. Ils aperçurent une caravane dont les chameaux chargés de gomme, de baume et de myrrhe, allaient en Égypte. Alors Juda dit à ses frères : quel intérêt avons-nous à tuer notre frère ? Vendons-le aux Ismaélites et ne mettons pas la main sur lui. Ils hissèrent Joseph hors de la citerne et le vendirent pour vingt pièces d’argent. » (Genèse 37.23-28)

Une caravane d’Ismaélites et Madianites arrive. Issus d’Abraham, ces deux peuples vivent de commerce et surtout de trafic d’esclaves. Juda qui a des remords profite de l’aubaine de cette caravane pour vendre Joseph et ainsi lui sauver la vie.

« Quand Ruben retourna à la citerne, il n’y trouva plus Joseph. Alors il déchira ses vêtements en signe de désespoir. Alors ils égorgèrent un bouc, prirent la tunique de Joseph et la trempèrent dans le sang du bouc. Ils envoyèrent la tunique splendide à leur père. Jacob la reconnut et s’écria : la tunique de mon fils ! Une bête féroce l’a dévoré ! » (Genèse 37.29-33)

Ruben n’est pas présent quand Joseph est vendu, mais maintenant il est obligé d’accepter le subterfuge de ses frères. Jacob avait fait de même quand il s’est couvert d’une peau d’animal pour tromper son père Isaac, maintenant c’est son tour d’être trompé par le sang d’un animal.

« Alors Jacob déchira ses vêtements et mit un tissu de sac sur ses reins. Il dit : c’est dans le deuil que je rejoindrai mon fils au séjour des morts ! Et il continua à pleurer Joseph. Les Madianites vendirent Joseph à Potiphar, un haut fonctionnaire du pharaon. » (Genèse 37.34-36)

Joseph est esclave à vie et Jacob exprime sa profonde détresse. Mais dans les coulisses Dieu est à l’œuvre. Comme la famille de Jacob habite au sein d’un peuple dégénéré et idolâtre, d’ici à une ou deux générations, ils ne se distingueront plus des Cananéens. Dieu va donc les envoyer en Égypte où Joseph est parti en éclaireur afin de préparer le terrain, mais il ne le sait pas encore.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires