Les études

15 juin 2021

39 – La coupe de Joseph volée

Cela fait deux ans que la famine sévit. Comme Jacob a épuisé les vivres, il est forcé de laisser Benjamin partir en Égypte avec les dix frères.

« Ils se mirent en route et se présentèrent devant Joseph qui dit alors à l’intendant qui gérait sa maison : conduis ces gens chez moi, car ces hommes mangeront avec moi à midi. Ils furent effrayés et dirent : ils vont se ruer sur nous, nous prendre comme esclaves et s’emparer de nos ânes. » (Genèse 43.16-18).

Avant l’introduction du cheval, l’âne est la monture de choix. Panique à bord ! Les frères sont atterrés car pour eux cette invitation ressemble à une sonnerie aux morts.

« Ils s’approchèrent de l’intendant. Nous avons rapporté l’argent qui a été remis dans nos sacs ! Nous avons aussi apporté avec nous d’autre argent pour acheter des vivres. L’intendant répondit : soyez tranquille, ne craignez rien. C’est le Dieu de votre père qui vous a donné un trésor. Puis il relâcha Siméon et les introduisit dans la maison de Joseph. Il leur apporta de l’eau et du fourrage pour leurs ânes. Ils préparèrent leur présent en attendant l’arrivée de Joseph pour midi. » (Genèse 43.19-25).

L’expression : « le Dieu de votre père » semble indiquer que l’intendant vénère le Dieu de Joseph et de Jacob.

« Joseph rentra chez lui. Ils lui offrirent le présent qu’ils avaient apporté et se prosternèrent. Il prit de leurs nouvelles et leur demanda : votre père âgé, se porte-t-il bien ? Ils répondirent : notre père va bien. En apercevant Benjamin, Joseph demanda ; Est-ce là votre petit frère ? Et il ajouta : que Dieu te témoigne sa grâce, mon fils ! Joseph sortit en hâte et pleura. Il contint son émotion et ordonna de servir le repas. » (Genèse 43.26-31).

Drame et mélodrame. Joseph est submergé par l’émotion. La dernière fois qu’il a vu Benjamin, c’était un petit enfant alors que maintenant c’est un homme. Il lui porte une affection toute particulière parce que tous deux ont Rachel pour mère, et lui n’a pas participé à sa vente comme esclave.

« On les servit séparément. Benjamin reçut une part cinq fois plus copieuse que celle des autres. » (Genèse 43.32-34).

Joseph mange seul à une table, ses frères sont en face de lui mais à une autre table, et son personnel à une troisième.

Chez les Hébreux, on honore quelqu’un en lui offrant une double portion et chez les égyptiens, cinq portions. C’est la première fois depuis 22 ans que les douze fils de Jacob sont réunis. C’est l’Éternel qui les a choisis pour être les fondateurs des tribus d’Israël.

« Joseph ordonna à l’intendant : remplis les sacs de ces hommes de vivres et remets l’argent de chacun d’eux dans son sac. Tu mettras ma coupe d’argent à l’ouverture du sac du plus jeune. Le lendemain matin, alors qu’ils venaient de quitter la ville, Joseph dit à son intendant : va, poursuis ces gens ! Tu leur demanderas : pourquoi avez-vous vous volé la coupe de mon maître ? Ils lui répondirent : pourquoi aurions-nous donc volé de l’argent ou de l’or dans la maison de ton maître ? Que celui chez qui on trouvera cette coupe soit mis à mort et que nous-mêmes nous devenions esclaves de mon seigneur ! » (Genèse 44.1-9).

Les frères quittent enfin ce grand vizir bizarre. Mais à peine sont ils hors de la ville, qu’une troupe les rejoint. On les accuse ; ils tombent des nues. Joseph veut savoir si les dix frères sont jaloux de Benjamin le favori de Jacob et du vizir. Il leur donne donc un prétexte de l’abandonner.

Les frères veulent prouver leur bonne foi par une imprécation mais Ils semblent avoir oublié qu’un incident semblable avec leur argent s’était déjà produit lors de leur premier voyage.

« L’intendant répondit : bien ! Celui sur qui on trouvera la coupe sera mon esclave. L’intendant fouilla leurs sacs et la coupe fut trouvée dans le sac de Benjamin. Ses frères déchirèrent leurs vêtements, et ils retournèrent tous à la ville. » (Genèse 44.10-13).

L’intendant baisse la mise et seul le fautif sera captif, mais c’est Benjamin et ça ne pouvait pas être pire. Cependant les dix frères n’abandonneront pas Benjamin en Égypte. C’est la première fois qu’il jouent leur rôle de grands frères protecteurs. Ils pensent aussi à leur vieux père qui risque de mourir de douleur. Ils expérimentent ce qu’a vécu Joseph quand il fut emmené de force en Égypte. Solidaires, les frères font demi-tour pour aller s’expliquer devant le grand vizir, exactement ce qu’espérait Joseph.

« Juda se rendit avec ses frères à la maison de Joseph. Ils se prosternèrent devant lui. Joseph leur dit : qu’est-ce que vous avez fait là ? Ne saviez-vous pas qu’un homme comme moi a le pouvoir de deviner l’avenir ? Juda dit : comment prouverions-nous notre innocence ? Dieu a mis à découvert notre faute. Nous voici donc esclaves de mon seigneur. Mais Joseph déclara : je n’agirai pas de la sorte ! L’homme sur qui la coupe a été trouvée sera mon esclave, mais vous, retournez chez votre père. » (Genèse 44.14-17).

Le plan de Joseph a parfaitement fonctionné et il dit vrai quand il affirme avoir le pouvoir de deviner l’avenir, seulement la coupe n’y est pour rien.

Juda est le porte-parole des frères et dit en substance qu’ils méritent d’être esclaves à leur tour pour avoir vendu Joseph. Puis le grand vizir leur donne une nouvelle fois la possibilité de repartir sans Benjamin.

déc. 06 2023

Émission du jour | 1 Chroniques 13.1 – 15.1

L'arche de l'alliance - Victoires de David

Nos partenaires