Les études

15 juin 2021

14 – Le déluge

On avait dit que le Titanique était tellement révolutionnaire que même si Dieu le voulait, il ne pourrait pas le faire sombrer. On aurait mieux fait de se taire. L’arche, par contre, était bel et bien insubmersible. Une fois construite, Dieu dit à Noé : « Entre dans le bateau ».

« Entre dans le bateau car dans 7 jours je ferai pleuvoir durant quarante jours et quarante nuits sur la terre et j’effacerai de la surface de la terre tous les êtres que j’ai créés. L’an 600 de la vie de Noé, il entra dans le bateau ainsi que ses fils, Sem, Cham et Japhet, sa femme et ses trois belles-filles. Avec eux était entré un couple de toutes les sortes d’animaux sauvages et d’oiseaux. Toutes ces créatures étaient arrivées par deux, mâle et femelle. Puis l’Éternel referma la porte derrière Noé. Toutes les sources d’eaux souterraines jaillirent et les écluses du ciel s’ouvrirent. Les eaux montèrent et soulevèrent le bateau, qui se mit à flotter au-dessus de la terre. » (Genèse 7.4-17)

Une fois que tous sont dans l’arche, le texte dit : « Puis l’Éternel referma la porte derrière Noé », une phrase qui fait froid dans le dos parce que c’est Dieu lui-même qui a tiré les rideaux. L’occasion de se repentir était révolue. Il y a un temps de grâce et un temps de jugement. Une fois la porte fermée, des trombes d’eaux d’une violence inouïe ont détruit toute vie. Plantes, insectes, hommes et mammifères sont enterrés sous des masses de sédiments. On a découvert d’immenses gisements d’ossuaires, des mammouths parfaitement conservés avec de l’herbe dans l’estomac. Le sol des îles du cercle arctique est constitué d’os d’animaux mélangés à des troncs fossilisés.

Dans un psaume, on lit :

« Tu as couvert notre terre d’océans… des montagnes se sont élevées, des vallées se sont abaissées. » (Psaumes 104.6-8)

Le déluge fut universel et remodela totalement la topographie de la planète. Voilà pourquoi sur le plateau tibétain à 5 000 mètres d’altitude, on trouve 2 millions de km2 de sédiments sur des centaines de mètres d’épaisseur.

Je finis de lire le chapitre 7.

« Ainsi l’Éternel effaça de la surface du sol toutes les créatures vivantes, depuis l’homme jusqu’au bétail. Il ne resta que Noé et ceux qui étaient avec lui dans le bateau. La crue des eaux au-dessus de la terre dura 150 jours. » (Genèse 7.18-24)

Le châtiment divin du déluge détruisit absolument tout. Pourtant, on trouve parfois des traces des civilisations qui ont précédé le déluge comme cette clochette en parfait état dans un bloc de charbon. Elle est surmontée d’une figurine qui est un alliage de bronze, laiton, antimoine et arsenic. Au Texas, toujours dans du charbon, on a trouvé un marteau fait de fer, de soufre et de chlore mais on ignore pourquoi ces constituants. Par contre on sait qu’il faut des conditions atmosphériques spéciales pour allier fer et soufre. On a trouvé de l’ambre emprisonnant des bulles d’air. Une analyse a révélé que cet air était 50 % plus riche en oxygène qu’aujourd’hui. Or, une insuffisance d’oxygène pourrait expliquer l’extinction des dinosaures car leur capacité pulmonaire était faible ; leurs poumons étaient très petits comparés à leur corps titanesque ; un gros lézard de 25 m de long avait seulement les narines d’un cheval.

Nous arrivons maintenant au chapitre 8 de la Genèse.

« Les sources des eaux souterraines et les écluses du ciel se refermèrent… Le bateau s’échoua dans le massif montagneux de l’Ararat. Noé lâcha une colombe qui revint vers lui tenant dans son bec une feuille d’olivier toute fraîche. Il attendit encore 7 autres jours et relâcha la colombe ; cette fois elle ne revint plus. » (Genèse 8.1-12)

« La colombe… tenant dans son bec une feuille d’olivier », symbole de la paix, tire son origine de ce passage.

Le mont Ararat est un massif montagneux en Turquie de plus de 5 000 mètres. Il existe une trentaine de témoignages de personnes qui auraient entrevu, photographié, ou examiné des fragments de poutraison. Tous prétendent qu’ils proviennent d’un gigantesque bateau pris dans les glaces à plus de 4 000 mètres d’altitude, bien au-delà des forêts.

L’épique de Gilgamesh est une histoire de déluge qui date du 6e siècle avant notre ère avec Noé, l’arche, les animaux et la colombe. Découverte dans les ruines de l’ancienne capitale assyrienne, cette épique fut reconstituée en 1872.

Je finis le chapitre 8.

« Dieu dit à Noé : sors du bateau. Fais sortir tous les animaux. Qu’ils se répandent sur la terre et s’y reproduisent. Noé construisit un autel pour l’Éternel, il prit de tous les animaux purs et les offrit en holocauste sur l’autel. Le parfum agréable du sacrifice parvint jusqu’à l’Éternel qui se dit en lui-même : Jamais plus je ne maudirai la terre puisque le cœur de l’homme est porté au mal dès son enfance. Aussi longtemps que la terre subsistera, semailles et moissons, froid et chaleur, été, hiver, et jour et nuit ne cesseront jamais. » (Genèse 8.13-22)

L’acte de Noé nous rappelle qu’il faut un sacrifice pour s’approcher de Dieu.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires